Jordanie

Correspondant National:    
Col. Hussam Aldeen Ahmad AL-SOUB
General Directorate of Jordan Civil Defence
Email: hussamsoub@yahoo.com,
train_dpt@cdd.gov.jo, disa_dpt@cdd.gov.jo
Site web:http://www.cdd.gov.jo/english/index.php

125px-flag_of_jordan_svg

jo_cd_logo

Articles Nationaux à la une

La Défense Civile jordanienne fournit des conseils de sécurité pour éviter les accidents pendant les pique-niques estivaux

Envoyer Imprimer PDF

picnic1Un récent vidéo produit par la Défense Civile jordanienne montre les accidents plus fréquents qui se vérifient pendant les vacances estivales, explique comment éviter les situations plus dangereuses et comment prévenir les blessures plus graves.

Dans les pays méditerranéens les accidents se produisent plus souvent pendant l’été par rapport aux autres mois de l’année. Il s’agit des accidents moins graves comme les écorchures et les blessures légères jusqu’aux plus sérieux comme les noyades, les accidents de voiture et les incendies. Ceci est du au fait que les familles pratiquent davantage des activités en plein air comme les pique-niques, les barbecues, les fêtes et les retrouvailles à la plage. picnic2Si ces activités ne sont pas préparées diligemment pour éviter les accidents, elles peuvent mettre à risque la sécurité des personnes, notamment les enfants. La Défense Civile jordanienne, comme confirmé lors de la réalisation du projet de sensibilisation supporté par le PPRD South, considère que l’éducation dans le domaine de la sécurité et des premiers soins est fondamentale pour la prévention des risques estivaux.

Lire la suite...
 

Éduquer pour réduire le nombre d’accidents domestiques mortels en Jordanie

Envoyer Imprimer PDF

En Jordanie, les accidents domestiques font de plus en plus de victimes parmi les enfants des quartiers pauvres et surpeuplés. Pour la Protection civile jordanienne, garantir aux enfants un environnement sûr est une priorité absolue. Consciente de l’importance cruciale de l’éducation à cet égard, elle dirige à cet effet un projet financé par le programme européen PPRD Sud (« Programme euro-méditerranéen de prévention, de préparation et de réponse aux catastrophes naturelles et d’origine humaine »). Auteur: Mohammad Ben Hussein

awar_jo

AMMAN – Située dans une région politiquement instable en proie à une pénurie d’eau et soumise aux aléas d’un processus de paix imprévisible, la Jordanie fait, selon certains responsables, l’objet d’une menace quotidienne plus importante encore : les accidents domestiques mortels.

Sameera, qui habite dans le quartier Sweileh dans le nord-ouest d’Amman, a perdu son fils de sept ans après l’avoir laissé sans surveillance dans la cuisine.

« J’ai mis la nourriture à cuire sur le réchaud et je suis partie pendre le linge. J’ai laissé mon fils veiller sur la nourriture pour éviter qu’elle ne brûle. Tout à coup, je l’ai entendu hurler et quand je suis arrivée, son corps était couvert de flammes », explique cette mère de 23 ans.

« Je n’aurais jamais dû le laisser seul », reconnaît-elle. Laisser les enfants sans surveillance est une chose très habituelle dans le quartier de Sameera, ainsi que dans de nombreuses régions de Jordanie où les taux de natalité élevés et le manque de place peuvent rapidement se transformer en mélange mortel.

Dans le camp de réfugiés de Baqaa, des enfants jouent à proximité de feux de fortune sur lesquels ils préparent du thé. Ahmed, 12 ans, nous confie que ses parents ne lui disent jamais ce à quoi il doit faire attention quand il joue. « Je passe la plus grande partie de la journée à jouer avec des amis. J’ai six frères, et ma mère est trop occupée avec la maison et mes jeunes frères », explique-t-il.

La solution passe par l’éducation

awar_jo_2

Selon la Protection civile jordanienne, l’éducation est un élément clé de la lutte contre la multiplication de tels accidents.

Pour Waleed Al-Soub, Directeur général de la Protection civile jordanienne, le principal problème est que les gens ne sont pas suffisamment conscients des risques domestiques, surtout dans les quartiers pauvres. Selon lui, le programme PPRD Sud, financé par l’UE à hauteur de 5 millions d’euros, peut jouer un rôle clé pour sensibiliser les femmes aux risques qu’elles courent lorsqu’elles travaillent chez elles et pour prévenir les accidents.

Ce programme, qui vise à renforcer les capacités de protection civile des pays partenaires méditerranéens, contribue au développement d’une culture de protection civile axée sur la gestion et la prévention des risques plutôt que sur la réaction. Dans le cadre de cette initiative, chaque pays partenaire doit définir ses propres priorités. Pour la Jordanie, la première priorité était, selon Waleed Al-Soub, de garantir aux enfants un environnement sûr: « La Protection Civile commencera bientôt à distribuer des dépliants à travers tout le pays afin d’initier les ménagères aux principes fondamentaux qu’elles doivent respecter pour protéger leurs enfants et prévenir les dangers de la vie quotidienne liés notamment à l’électricité, aux fuites de gaz et au feu ».

Ce projet, qui bénéficie, dans le cadre du PPRD Sud, d’un budget de 40 000 euros, est l’une des cinq initiatives régionales mises en œuvre en Jordanie, au Liban, en Égypte, dans les Territoires palestiniens occupés et au Monténégro. « La population jordanienne a connu un boom considérable, et les programmes que nous proposons sont destinés aux ménages. Notre volonté est de venir à bout de certaines mauvaises pratiques, comme, par exemple, les erreurs de manipulation des bonbonnes de gaz et des appareils électriques ».

Le Département de Défense Civile essaie également de toucher directement les mères et prévoit notamment d’organiser dans tout le pays des séminaires destinés à des centaines de femmes de toutes conditions. « Des experts leur expliqueront comment gérer leur ménage en toute sécurité et leur indiqueront quelles sont les meilleures pratiques en la matière ».

Parallèlement à cela, près de 1 000 enfants feront également l’objet d’un travail de sensibilisation par le biais de dépliants expliquant les dangers de la vie quotidienne, tandis que des experts organiseront à leur intention des concours centrés sur le thème de la sécurité. Waleed Al-Soub : «Comme les enfants aiment jouer, les prix iront à ceux qui proposeront les meilleurs idées pour stimuler le processus d’apprentissage ».

Accent sur la prévention

Des responsables du PPRD Sud ont souligné l’importance de tels programmes pour aider les pays partenaires à réduire les risques en renforçant les capacités des membres de la défense civile et en les aidant à offrir un meilleur service à la communauté. Selon Milojka Saule, consultante en communications EuroMed pour le PPRD Sud, c’est la première fois que la Jordanie met en œuvre un projet axé non seulement sur la réaction, mais aussi et surtout sur la prévention et la préparation, ce qui implique de sensibiliser les gens aux risques qu’ils côtoient dans leur vie quotidienne, et de leur apprendre comment réagir en cas de catastrophe naturelle, comme des inondations ou un séisme. « Pour que les gens soient informés, il faut organiser des campagnes de sensibilisation, et c’est précisément ce que le PPRD Sud essaie de faire », explique-t-elle.

Pour Sameera, même si elle a perdu un fils, il n’est pas trop tard pour sauver les vies de milliers d’autres enfants en participant à de tels programmes de sensibilisation. « Mes quatre autres fils restent, eux aussi, vulnérables, de même que mes neveux et ma nièce. C’est notre devoir de les protéger d’eux-mêmes et du monde extérieur ». 
Lire la suite...
 

Jordanie: Une nouvelle académie deviendra un jalon dans les domaines de la Défense et de la Protection Civiles

Envoyer Imprimer PDF

Interview avec l’Ing. Faisal M. Al-Ghathia, Doyen de l’Académie Prince Hussein bin Abdullah II pour la Protection Civile 

academy

Q. L’Académie Prince Hussein bin Abdullah II pour la Protection Civile a commencé ses activités en octobre 2009. C’est la première académie, non seulement en Jordanie mais dans tout le Moyen Orient et l’Afrique du Nord, qui offre des diplômes en trois matières principales : Ingénierie pour la Sécurité  Incendies, la Gestion des Catastrophes et les Services de Secours. Pouvez-vous nous expliquer mieux les objectifs de l’Académie ? 

R. Tout d’abord l’Académie vise à offrir des curricula académiques spécifiques dans le domaine de l’atténuation et la gestion du risque de catastrophe qui n’étaient pas encore disponibles ni en Jordanie ni dans la région arabe. Dans les pays du Moyen Orient et en Afrique du Nord les sociétés changent rapidement et la demande de services de protection civile est de plus en plus croissante. Pour satisfaire cette demande les Autorités Nationales de Protection Civile nécessitent de personnel qualifié et mieux formé. L’Académie vise aussi à renforcer la culture de protection civile dans les pays arabes et à augmenter les initiatives et les programmes de recherche scientifique dans ce domaine. Parmi les importants objectifs de l’Académie, je signale le renforcement des liens et l’accroissement des échanges d’informations et d’expériences entre les organismes nationaux chargés de la préparation et de la prévention aux catastrophes et la communauté scientifique.

Q. Pouvez-vous nous donner davantage d’informations sur les programmes de l’Académie?

R. Le trois programmes offerts par l’Académie sont organisés en deux niveaux. Un premier niveau commun couvre des cours généraux de physique, chimie, mathématiques, science informatique et des cours avancés d’ingénierie électrique et mécanique. Le deuxième niveau inclut des cours spécialisés qui sont différents selon le programme choisi. Les cours spécialisés du programme Ingénierie pour la Sécurité Incendies couvre, par exemple, les codes de construction, la législation sur la sécurité, la gestion du risque d’incendie, les systèmes et les techniques de gestion des incendies.

Le programme sur la Gestion des Catastrophes offre, parmi d’autres, des cours spécialisés sur l’évaluation du risque de catastrophe, la gestion de l’atténuation du risque et de la vulnérabilité, les système d’alerte rapide, la sensibilisation du public, la gestion des urgences et la reconstruction après les catastrophes. Le programme sur les Services de Secours comprend des cours spécialisés d’anatomie, physiologie, pathologie et pharmacologie ainsi que de gestion des urgences médicales et les traumatismes.

dean_academy

Q.  En dehors de l’enseignement classique, est-ce que l’Académie offre même de la formation sur le terrain ?

R. La formation sur le terrain est un des piliers des programmes de l’Académie qui possède équipement de formation hautement spécialisé pour la simulation des différents scénarios de catastrophe - tels que les incendies dus aux liquides inflammables, les fuites chimiques, l’écroulement et les incendies de bâtiments, les incendies dans les avions et les accidents routiers -  et organise des exercices pratiques de recherche et sauvetage et de gestion des urgences.

Q.  Il semble que l’objectif de l’Académie – qui peut héberger jusqu’à 2,000 étudiants – est de devenir un centre international spécialisé en sciences de Protection Civile et de Défense Civile. En ajout de ceux en arabe, est-ce les cours se tiennent même en anglais? L’académie est ouverte uniquement aux militaires ou est élargie même aux civils ?

R. Les cours de l’académie sont adressés à tous ceux qui sont intéressés aux études et à la formation dans le domaine de la Protection Civile, qu’ils soient militaires ou civils. L’inscription aux cours est ouverte à toutes les nationalités et les programmes de formation sont disponibles en trois langues : arabe, anglais et français.

academy2

Q. A la fin des cours, les étudiants qui n’ont pas l’intention d’accéder à la Défense Civile, dans quels secteurs pourraient-ils trouver un travail ?

R. Les étudiants diplômés à l’Académie pourront profiter de nombreuses opportunités professionnelles à l’intérieur comme à l’extérieur des Autorités de Protection Civile Nationales. Ils pourront travailler dans la plupart des secteurs liés à la Protection Civile Nationale, par ex. dans les équipes de recherche et sauvetage, ou dans la prévention ou bien encore dans le département pour la sensibilisation.   Il peuvent aussi être embauchés par les organisations internationales telles que la IFRC, le PNUD, le UNDAC ou bien par les ONG nationales ou internationales engagées dans la gestion du risque de catastrophe. Ils pourront également travailler comme responsables de la sécurité dans les sociétés privées ou publiques telles que les hôpitaux, les hôtels, les usines ou les universités. Ou bien encore dans les bureaux pour la gestion des risques des sociétés d’ingénierie ainsi que dans la sécurité publique ou les services sanitaires.  Je me permet de déclarer qu’à nos jours les secteurs de protection et sureté civiles demandent de plus en plus de professionnels hautement qualifiés.

Q. Si quelqu’un souhaite s’inscrire, quelle est la procédure à suivre et combien coutent les cours de l’Académie ?

R. Les candidats peuvent soumettre leur demande en remplissant le formulaire d’enregistrement qui se trouve dans le site web de l’Académie et en joignant la documentation requise. En suite, les étudiants qui satisfont les conditions d’admission seront invités à compléter la procédure d’enregistrement. Les conditions d’admission au cours d’ingénierie pour la sécurité incendies, demande des études scientifiques ou industriels préalables, le cours en services de secours requière une formation scientifique, d’infirmerie ou sanitaire en général  alors que le cours en gestion des catastrophes prévoit une formation scientifique, légale, commerciale, sanitaire ou sur les technologies de l’information.  Les frais de la scolarité varient entre les 40 dinars jordaniens par crédit/heure pour les jordaniens qui suivent les cours sur la gestion des catastrophes et les 150 dollars américains par crédit/heure pour les non-jordaniens qui suivent les cours sur les services de secours ou bien sur les ingénierie pour la sécurité incendies. Dans le portail web de l’académie sont publiées les opportunités de support financiers disponibles.

Q.  Celle-ci a été la première année de vie de l’Académie. Etes-vous en train de conduire une campagne de visibilité et d’information afin de faire connaître cette Académie à l’étranger ?

R. Notre plan de visibilité se base sur des conférences tenues dans des écoles en Jordanie. Nous avons publié des brochures en anglais et en arabe qui seront distribuées en Jordanie et à l’étranger.  Au début de l’année académique nous envoyons des annonces aux journaux nationaux et locaux et nous avons conçu un site web qui explique aux étudiants intéressés tous les détails concernant notre institution. Vous pouvez visiter le site web à l’adresse : www.pha.edu.jo
 

L’histoire de la Protection Civile: le développement de la Défense Civile en Jordanie

Envoyer Imprimer PDF

6Le début de la Défense Civile dans le Royaume Hachémite de Jordanie remonte à l’Emirat de Transjordanie (1928 – 1946) quand la Municipalité de Amman a instruit et organisé un groupe de civils approvisionnés d’un équipement très simple qui ont fourni volontairement des services de lutte contre les incendies à la population. La population d’Amman se rappelle encore du grand incendie qui a frappé le centre ville en 1937 et les opérations de lutte contre cet incendie conduites par les employés de la Municipalité dotés d’un équipement très limité.

7En 1948 suite à la création du Royaume Hachémite de Jordanie et à la guerre arabo-israélienne et la conséquente instabilité de la région, la préoccupation pour la protection des civils en cas de guerre crût et l’exigence d’un nouveau organisme pour fournir ces services à la population commença à être considérée sérieusement. Un premier centre de volontaires fut crée à Amman et forma et équipa 400 volontaires. Le centre fut équipé de deux fourgons et, pour la première fois, les opérateurs de la défense civile engagés dans les urgences furent récompensés avec un salaire alloué quotidiennement.

En 1953 le Premier Ministre Jordanien chargea le Ministre de la Défense de créer un système de Défense Civile dans le pays. La mission de la Défense Civile était essentiellement de protéger les citoyens et leurs propriétés des conséquences des opérations de guerre. En 1954, le Ministre de la Défense créa des Comités de Défense Civile dans toutes les circonscriptions et les provinces du pays. En 1956, le Roi Hussein, suite au conséquences de la Crise de Suez de ’56 sur la population jordanienne, appelée aussi Agression Tripartite, et en particulier après la mort de 48 civils arabes à la frontière israélo-jordanienne pendant les premières heures du conflit, créa la Direction Générale de la Défense Civile au sein du Ministère de l’Intérieur. Cette décision symbolise la naissance  “institutionnelle” officielle de la Défense Civile en Jordanie. Le Centre de lutte aux incendies de Amman fut crée comme organisme opérationnel de la Direction. Le Centre était équipé de deux fourgons et de dix extincteurs. Le Centre s’occupa aussi de la formation et coordination des volontaires basés dans les autres circonscriptions du pays.

Depuis la création de la Direction Générale de Défense Civile, le développement des capacités de la Défense Civile jordanienne a progressé continuellement. En 1970 la Direction de Défense Civile fut séparée du secteur relatif à la sécurité publique et dotée de sa propre structure administrative. En 1978, à la Direction fut assigné son propre budget. Sur la base de la Loi n. 18 de 1999 sur la Défense Civile et sous la direction et supervision du Roi Abdullah II, la Direction Générale de Défense Civile a conquis un ultérieur progrès concrétisé dans l’accroissement quantitatif et qualitatif du personnel,  dans le renforcement de l’équipement technique et opérationnel et dans l’expansion de la structure de Défense Civile dans le territoire jordanien avec l’ouverture de nouvelles branches de Défense Civile disséminées dans le Royaume.

CD_Jordan

La création en 2009 de l’Académie de Protection Civile, la première institution académique de sciences en Défense Civile et Protection Civile dans la région, permet de former le personnel hautement qualifié qui est nécessaire à nos jours afin d’affronter les complexes risques auxquels est exposée la population jordanienne. L’Académie remet une Licence en trois disciplines : ingénierie d’extinction des incendies et de sécurité, gestion des catastrophes et services médicaux d’urgence.

Les statistiques annuaires publiées par la Défense Civile jordanienne en 2008 indiquent que ces services opérationnels – lutte aux incendies, recherche et sauvetage et ambulance – affrontent environ 140.000 urgences. Presque 80% des urgences totales ont été affrontées par les services ambulanciers et 10% par les services de lutte contre les incendies et autant par les services de recherche et sauvetage. Ces accidents ont provoqué un total de 603 décès. Le profil du risque de la Jordanie met en évidence que les risques plus importants auxquels la population doit faire face sont la sécheresse, les inondations, les tremblements de terre, les accidents routiers, les incendies et les explosions ainsi que les aléas chimiques causés par les accidents de transport de substances dangereuses.  Les incendies et les explosions semblent être des incendies de forêt dans les terres cultivées ou dans les bois qui représentent le 36% du total, suivis par les incendies dans les habitations qui arrivent à 20%. Plus de 30% des incendies, 18% des incendies dans les habitations et 36% des incendies de forêt sont causés par les enfants. Même pour cette raison, en 2004 la Défense Civile jordanienne a crée un département pour l’information et la prévention ayant l’objectif de mieux éduquer la population à la gestion du risque de catastrophe.

Lire la suite...
 
JPAGE_CURRENT_OF_TOTAL

Recherche Globale

Latest Civil Protection News in the Media


Evénements prévus

No current events.

Euro-Mediterranean Civil Protection Operational Manual

manuale_small_cut

Brochure PPRD South

flyer